Diane de Poitiers

(Poitiers 1499-Anet 1566)
Favorite d'Henri II, célèbre pour sa beauté et son rôle influent auprès du roi.


    Diane fut la fille de Jean de Poitiers, seigneur de Saint-Vallier, héritier d'une des plus anciennes familles du Dauphiné. Dame d'honneur de la reine à la cour de François 1er, elle obtint du roi la vie sauve pour son père qui était compromis dans la conspiration du connétable de Bourbon (1523).

    A l'âge de 13 ans, elle avait été mariée à Louis de Brézé, comte de Maulevrier et grand-sénéchal de Normandie, à qui elle donna deux filles. Mais celui-ci mourut en 1531, et Diane prit définitivement les couleurs d'une veuve. D'une grande beauté, elle devint la favorite du second fils du roi, Henri et demeura sa maîtresse lorsqu'il devint dauphin et qu'il se maria avec Catherine de Médicis (1533) qui était pourtant belle et de 18 ans plus jeune qu'elle. En 1536, sa situation était officielle, et Catherine fut repoussée dans l'ombre de la cour.

Le château de Chenonceau     Intelligente, passionnée, honnête, mais tenace dans ses haines, elle sut tirer parti de sa position pour influencer Henri lorsqu'il monta sur le trône (1547). Catholique convaincue, elle poussa son amant à réprimer les protestants, et obtint de lui le titre de duchesse de Valentinois (1548).

    Mais Henri II fut mortellement blessé lors d'un tournois (1559) et Diane dut quitter la cour. Délaissée par ses anciens "amis", elle retourna dans son château d'Anet qu'elle avait pris soin d'embellir durant ses années de grande faveur. Catherine désormais toute puissante à la cour, se montra clémente envers son ancienne rivale, en raison peut-être du don du château de Chenonceau que Diane avait reçu du baron de Saint-Cyergue.

   Diane mourut en 1566. Un monument avec sa statue fut érigée dans l'église d'Anet, et l'on garde d'elle le souvenir d'une femme belle, avec les traits réguliers et qui possédait un goût éclairé pour les lettres et pour les arts.


Texte de FXC
Retour à la page sur la France
Retour au sommaire principal