Michel-Ange

(1475-1564)
Michelangelo Buonarroti, dit Michel-Ange. Peintre et sculpteur florentin.

Il commence la sculpture à la cour des Médicis. Dès l’âge de 16 ans, il montre une grande maîtrise. Il est très influencé par l’idéal sculptural antique et probablement aussi par les idées néo-platoniciennes qui avaient court chez les intellectuels florentins (l’idée de la beauté comme inspiration du divin). Michel-Ange est doué d’un tempéramment tumultueux et instable, mais possède aussi un très fort attachement pour sa famille. Il n’aura de cesse de leur donner un toit digne de l’idée qu’il se fait de lui-même et du statut de sa famille, alors que par opposition il a vécu souvent dévotement. Il ira même jusqu’à revendiquer un lignage noble. Dans ses relations avec sa famille, l’argent devient rapidement un enjeu de chantage affectif. Les échanges épistolaires avec son père sont en effet remplis de plaintes pécuniaires réciproques qui frisent, avec notre recul, le cocasse. Il a certainement croisé Léonard de Vinci lors de la décoration de la salle des communes de Florence (projet abandonné). En politique, il s’est lié à la malheureuse république florentine durant une vacance de pouvoir des Medicis, ce qui l’a obligé à fuir la ville à plusieurs reprises pour Bologne et Rome. Paranoïaque et très impulsif, il abandonne souvent ses chantiers au moindre signe de virage politique ou de manque d’intérêt de ses commanditaires. Pour finir, sa vie intime nous échappe. Ses penchants ont plus souvent été pour les hommes ainsi qu’en attestent ses écrits courtois et son affection pour le modèle grec de la beauté masculine. Mais comme l’amour courtois de l’époque était par définition très platonique, Michel-Ange peut tout aussi bien simplement répeter ses modèles grecs par intellectualisme. Pour ce qui est des femmes, il a mené une correspondance courtoise avec une riche protectrice. Que faut-il y voir? Finalement, si ses femmes manquent souvent de féminité, que dire alors des Marie des piétés aux visages si jeunes, fins et si doux?

Que ce soient ses scultpures, ses fresques ou ses peintures, un point commun est la grande tension qui les animent (les têtes tournées de côté sont très courantes). La grande polémique qui entourent ses sculptures, et ce dès son vivant, est leur niveau de finition. Seules, quelques unes seulement sont réellement finies (le David, les Pietae, le Tombeau des Médicis), les autres présentent des zones de finition très diverses. Certains ont voulu y voir un style d’autres un manque de constance dans l’éxécution. Plus prosaïquement, le maître a peut-être croulé sous une montagne de commande dont il gérait mal les délais. Relié à cette dernière remarque, Michel-Ange s’est souvent décrit comme très seul dans tout son travail et refusant de créer une école autour de lui. Dans les faits, il a dû très tôt s’associer à d’autres artistes ou artisans pour simplifier l’éxécution et en assurer les délais mais il s’est problablement brouillé avec les plupart de ces disciples à quelques exceptions près (son disciple biographe). C’est à la suite d’un incendie qu’on lui commande les fresques de la Chapelle Sixtine, malgré son inexpérience de la technique. Celle-ci furent réalisés en deux étapes. La première de 1508 à 1512 lui permet d’orner les côtés et le plafond de médaillons bibliques incluant la fameuse génèse (Dieu pointant son doigt vers Adam) tandis que la seconde de 1536 à 1541 est essentiellement consacrée au jugement dernier sur le mur derrière l’autel. Vers la fin de sa période romaine (1550 et après), il est de plus en plus appelé à des tâches d’architecture qui lui permettent de mettre en valeur ses qualité de visionnaire (Saint-Pierre, la place du Capitole, une bibliothèque). En peinture nous lui devons un héritage mitigé. Par exemple, la charactéristique commune de ses peintures et dessins sont ces personnages aux traits épais et aux pauses torturées. Ce style annonce hélas la période classique et sera repris ad nauseum dans les siècles suivants dans toutes les décorations officielles et ostentatoires.


Texte de FD
Retour à la page sur les Arts
Retour à la page sur l'Italie
Retour au sommaire principal