Galilée

(Pise 1564 - 1642)
Physicien et astronome

Famille noble, dont le père avait des talents reconnus comme musicien et mathématicien. Sa famille le pousse vers la médecine, mais il choisit les mathématiques et la mécanique. Il écrit son premier traité en 1588 sur le centre de gravité des solides et obtient un poste à l'université de Pise. De cette période, il publie sur la chûte des corps. Mais devant une oppositon de plus en plus forte de la part des partisans de la physique d'Aristote, il part pour Padoue en 1592. Là, il travaille au thermomètre et surtout au téléscope.

Cette invention lui permet d'observer les satellites de Jupiter et les phases de Vénus, autant de preuves selon lui de la validité du système Copernicien. Ce qu'il proclame rapidement, haut et fort en dépit d'une puissante opposition.

Dans les années suivantes, son énergie semble être absorbée par la lutte avec les autorités ecclésiastiques, alors que, dans le mème temps, Képler met rapidement au point ses trois principes. Galilée doit affronter les partisans de Ptolémée et d'Aristote, mais aussi ceux de Tycho Brahé qui propose un système concurrent de Copernic et plus en vogue, et perd deux procès face à l'inquisition (1616 et 1633).


FD
Retour à la page des sciences
Retour à la page de l'Italie
Retour au sommaire

Galilée contraint d'abjurer devant le Saint-Office en 1633 (Robert Fleury). "Et pourtant, elle tourne !"