L'index des sciences
au XVIe siècle

  

NB: L'affectation de ces scientifiques à telle ou telle catégorie est un peu arbitraire. Par exemple, les mathématiciens purs n'existaient pas, ils étaient en général architectes ou médecins. Par ailleurs, les astrologues étaient aussi souvent médecins ou astronomes.


Galilée face au Saint-Office en 1633 (Robert Fleury)

Astronomie

Mathématiques

   En mathématique, le XVIe siècle a vu de grands progrès dans la trigonométrie et l'algèbre avec en particulier la résolution des équations du troisième degré, l'emploi des nombres négatifs puis des nombres complexes, et des logarithmes. Ces nouveaux outils connurent un succès rapide en raison de leurs applications dans le commerce, l'astronomie et les sciences de l'ingénieur.
   Les notations se simplifièrent. Les chiffres arabes (qui étaient en fait d'origine indienne) étaient déjà apparus progressivement entre les X-XIIIe siècles. Les symboles +, - et remplacèrent progressivement les lettres p, m et r (pour radicus) et les décimales des nombres furent notées plus simplement soit en repérant le chiffre des unités avec un rond au dessus, soit en les séparant du chiffre des unités par un point (comme c'est encore le cas dans les pays anglo-saxons. La virgule apparaîtra plus tard au XVIIe siècle, de même que les signes ×, < et >).

Sciences et Techniques de l'Ingénieur, Architecture, Machines de guerre

Médecine, Anatomie, Chirurgie, Alchimie

Cartographie

mesure de latitude
Retour au sommaire principal